26/11/2011

Constituante et mobilité, un pas dans la bonne direction

L'ATE est relativement satisfaite du compromis trouvé par la constituante au sujet de la mobilité.

Dans le cadre de la première lecture de l’avant-projet de Constitution, l’Assemblée constituante genevoise a voté aujourd’hui sur les questions de mobilité. Si l'ATE déplore que la priorité aux transports publics soit abandonnée par rapport à l’avant-projet, elle se dit relativement satisfaite du compromis dans son ensemble qui tient mieux compte des enjeux actuels et futurs de la mobilité à Genève que la constitution actuelle.


Il y a quelques mois, l'ATE avait salué la vision progressiste émanant de l'avant-projet de constitution : « Les articles liés à la mobilité contenus dans l’avant-projet de constitution reflètent une vision innovante d’une mobilité du XXIe siècle en inscrivant notamment la priorité aux transports publics et à la mobilité douce. » (Thomas Wenger, président). A présent, l'ATE garde cette optique positive en saluant le compromis trouvé. Principale ombre au tableau : l'abandon de la notion de priorité aux transports publics et à la mobilité douce, mesure particulièrement novatrice qui figurait dans l'avant-projet.

Cet été, l'ATE s'était inquiétée que l’obligation de réaliser une traversée du lac soit introduite dans le projet de constitution par le biais d’un amendement. L'association est aujourd’hui soulagée de voir que cette mention a été abandonnée.
Enfin, l’ATE est particulièrement satisfaite que la teneur de sa proposition collective sur les infrastructures ait été reprise pratiquement telle quelle dans le projet de constitution.

Au cours des deuxième et troisième lectures du projet de constitution, l’ATE espère vivement que l’Assemblée reviendra sur la notion de priorité aux transports publics et qu’elle ajoutera par ailleurs une disposition sur la sécurité routière faisant suite aux débats nourris de cet après-midi.

Retrouvez les vidéos réalisées par l'ATE à ce sujet, sur sa chaîne YouTube (www.youtube.com/ategeneve), ainsi que sur ses comptes Facebook (www.facebook.com/ate.geneve) et Twitter (www.twitter.com/ategeneve)

 

Art. 174 (principes)

al. 1 L’Etat facilite la mobilité en visant à la complémentarité et à la fluidité des différents modes de transports publics et privés.

al. 2 Il garantit la liberté individuel du choix du mode de transport.

al. 3 Il encourage la mobilité douce

al. 4 Il élabore une politique globale des déplacements en coordonnant les politiques de l’énergie, de l’aménagement, de la circulation et de la protection de l’environnement.

Art. 175 (transports publics)

al. 1 L’Etat développe le réseau des transports publics, ainsi que l’offre au niveau de l’agglomération.

al. 2 Il veille à ce qu’ils soient accessibles à l’ensemble de la population et couvrent les besoins prépondérants.

al. 3 Un établissement autonome de droit public est chargé de la gestion des transports publics.

Art. 176 (infrastructures)

al. 1 Le canton planifie à long terme et réalise les grandes infrastructures nécessaires à son développement et à celui de l’agglomération.

al. 2 La conception et la réalisation des voies de communication, des infrastructures de transport public et de mobilité douce accompagnent les projets de constructions dédiées au logement, à l’emploi, au commerce et aux loisirs.

al. 3 Il peut recourir à des partenariats public/privé.

17:44 Publié dans Mobilité | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ate, transport, constitution, constituante, mobilité, environnement | |  Facebook

Commentaires

Satisfaite? Vraiment? Ben il ne vous faut pas grand chose! Aucune vision politique, aucune priorité dégagée... toujours la bonne vieille "liberté individuelle du choix du mode de transport" (ça marche aussi pour l'hélico ou l'avion de chasse pour aller chercher du pain à la boulangerie?)...

Ca ne mérite même pas le détour...

Écrit par : Sandro Minimo | 26/11/2011

Cher Monsieur,

L'ATE est clairement pour un changement de paradigme en terme de mobilité et pour que la vision politique change drastiquement sur ce sujet.

Malhereusement, vu le contexte des forces en présence à la constituante et vu les amendements qui avaient été déposés et votés en commission dont l'introduction de la traversée autoroutière du lac, l'ATE est relativement satisfaite du compromis mais demande que la priorité aux transports publics et la mobilité douce soit réintroduite dans le projet final de constitution. C'est pour nous la seule manière de changer de politique de mobilité.

Il faut également comparer ce compromis avec la teneur actuelle de la constitution qui fait la part belle au trafic privé motorisé.

Dans les articles votés, l'Etat facilite la mobilité en visant à la complémentarité et à la fluidité des différents modes de transports publics et privés. Il encourage la mobilité douce. L’Etat développe le réseau des transports publics, ainsi que l’offre au niveau de l’agglomération. Il veille à ce qu’ils soient accessibles à l’ensemble de la population et couvrent les besoins prépondérants. La conception et la réalisation des voies de communication, des infrastructures de transport public et de mobilité douce accompagnent les projets de constructions dédiés au logement, à l’emploi, au commerce et aux loisirs.

Certes ce n'est pas encore la panacée mais ce sont des avancées par rapport à la constitution actuelle. Nous continuerons à nous battre pour que la priorité aux transports publics et à la mobilité douce soit réintroduite dans le projet final.

Meilleures salutations

Écrit par : thomas wenger | 28/11/2011

Les commentaires sont fermés.