30/06/2015

1,6 milliards pour l'extension souterraine de la gare de Cornavin : pour l'ATE, il n’y a pas d’autre solution viable !

L'annonce faite, ce week-end, par les partenaires du projet d’extension de la gare de Cornavin du coût de 1,6 milliards pour la variante souterraine est rassurante. Le projet doit pouvoir aller de l'avant !

Pour l'ATE, la variante souterraine est la seule viable pour l'extension de la gare de Cornavin. La version en surface, proposée initialement par les CFF, aurait impliqué des destructions absurdes de centaines de logements dans le quartier de Grottes en plein centre-ville. De plus, le coût de 800 millions de francs était largement sous-estimé par les CFF car il ne tenait pas compte de tous les aménagements à financer par le Canton et la Ville de Genève autour de la gare.

Le projet d'extension souterraine fait pratiquement l'unanimité à Genève. En effet, comme le rappelle Thomas Wenger, Président de l’ATE-Genève, « l’extension en souterrain de Cornavin a été soutenue massivement à travers une initiative cantonale du Collectif 500, signée par plus de 16'000 personnes en trois mois, qui a été ensuite acceptée à l’unanimité par la Commission des transports du Grand Conseil. Fait assez rare pour être souligné ! De plus, 76,6% des Genevois-e-s avaient plébiscité le 8 mai 2014 le FAIF (financement et aménagement de l'infrastructure ferroviaire) qui permet le financement du projet par la Confédération à hauteur de 790 millions. »

Il y a quelques mois, des rumeurs circulaient sur un coût possible de 2 milliards de francs voire 2,5, qui faisaient craindre que le bel engouement pour le projet souterrain prenne du plomb dans l'aile. L'annonce ce week-end d'un montant proche de la première estimation est donc tout à fait rassurante avec une répartition du financement qui pourrait être la suivante : la Confédération pourrait verser 980 millions au lieu des 790 prévus, le Canton 450 au lieu de 400 et la Ville de Genève 100 millions.

Reste à faire en sorte que le calendrier soit tenu, pour que le développement du réseau ferroviaire puisse se faire comme prévu, et que le financement de la Confédération, limité dans le temps, soit assuré.

A quatre ans de la mise en service du RER Léman Express, l'ATE invite tous les acteurs à faire en sorte que le projet et son financement soit ficelés afin de disposer d’une gare à même de répondre aux défis de ces prochaines décennies. Le développement du réseau ferroviaire en dépend.

11:09 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

Ben voyons, une paille !
Vous voulez mon pronostic ? Non, évidemment. D'ailleurs vous n'allez certainement pas publier ce commentaire, comme d'hab'.
Je vous le donne quand même.
En ignorant sciemment la variante subtile de M. Weibel, vous allez simplement courir le risque de ne rien obtenir de la confédération, un peu comme dans le drame de la traversée de la rade. C'était d'abord ni pont, ni tunnel, puis ce fut ni grande, ni petite traversée.
Au final, Genève fait rire. C'est déjà ça.

Écrit par : Pierre JENNI | 30/06/2015

Le Collectif 500 s'opposait au projet des CFF qui défigurait le quartier des Grottes. Je crois pouvoir dire, bien que n'en faisant plus partie, qu'il ne s'opposerait pas à une solution plus économe si elle se présentait. Car même en matière de transports publics les lobbies agissent et pas toujours de manière raisonnable. Nous savons, en lisant certains blogs avertis, qu'il existe en tout cas une alternative crédible et bien moins onéreuse, mais, n'émanant pas de la Régie fédérale, elle est traitée par dessus la jambe. Il en existe peut-être d'autres qui sortiront des tiroirs dans les temps qui viennent. Une chose est sûre, le financement du projet proposé ne passera pas comme une lettre à la poste et, personnellement, je répondrai non au futur référendum si les alternatives qui ne mettent pas en péril le quartier des Grottes ne sont pas prises en compte, étudiées et évaluées comme le projet de la gare souterraine qui est une initiative venant d'une association citoyenne. Et je ne serai de loin pas seul à dire NON !

Écrit par : asger | 30/06/2015

Réseau saturé : plus un jour sans pannes entre Genève et Lausanne ! Est-il raisonnable de ne miser que sur cette ligne déjà saturée ? Pourquoi pas une alternative aérienne légère entre Genève Aéroport et le M2 Lausannois qui suivrait l'autoroute avec une halte à chaque sortie de celui-ci ? Vite construite, automatique, peu de problèmes fonciers, hors des centres engorgés ? Evidemment impossible ! Tout est planifié pour cinquante ans de pannes. Vraiment ?

Écrit par : asger | 03/07/2015

Avec vos impôts ainsi gaspillés pour les ayatollah verdâtres qui commencent à sentir lés moisi vous allez engraisser les multinationales qui facturent en général 3 fois le prix réels malgré les appels d'offres et qui ensuite se permettent d'exporter bénéfices et impôts.

Écrit par : Carlos Gardon | 08/07/2015

Les commentaires sont fermés.