29/10/2015

Avec plus de 1300 cartes envoyées, l'ATE fait déborder la boîte aux lettres de Luc Barthassat pour dénoncer la baisse de l’offre des TPG

Ce sont plus de 1300 cartes postales que des usagères et usagers des TPG mécontent-e-s de voir l'offre des transports publics diminuer, ont envoyé au Conseiller d'Etat Luc Barthassat en charge des transports.

Les baisses de prestations qualifiées par l’Etat de minimes ou d’indolores sont en réalité de réelles baisses qui péjorent directement les déplacements des usagères/ers dans leur quotidien qui doivent dorénavant patienter quelques minutes de plus aux arrêts, et plus encore en cas de transbordement.


Des mesures aberrantes

Pour l’ATE, c’est le début d’un processus négatif qui représente un très mauvais signal alors que la demande en déplacements va continuer de croître ces prochaines années. Croissance de la population et des déplacements, saturation du trafic, bouchons, normes de pollution de l’air et du bruit régulièrement dépassées, qualité de vie mise à mal, autant de facteurs qui exigent une augmentation de l’offre des transports publics. Alors que toutes les villes d’Europe l’ont compris et investissent massivement dans les transports publics, Genève fait le choix inverse et diminue son offre. Pour l’ATE, ces mesures sont aberrantes et contre-productives.

De plus, en 2019, le RER Léman Express va entrer en service, offrant pour la première fois au Grand Genève un véritable réseau RER, rapide, confortable et efficace. Cette nouvelle offre inédite encouragera certainement de nombreuses personnes à troquer leur voiture pour les transports publics (entre autres sur des axes mal desservis jusqu'à maintenant) ; mais pour cela, il faudra que l'ensemble du réseau soit prêt à absorber ces flux de passagers en augmentant ses capacités.

Comme le rappelle Thomas Wenger, Président de l’ATE Genève : « L'ATE demande l’arrêt immédiat des baisses de prestations, la poursuite de l’extension du réseau et le développement de l’offre des transports publics. Le Conseil d'Etat doit dégager les moyens nécessaires et s’engager clairement pour une mobilité durable. »

 

 

LES DETAILS DE LA BAISSE DE L’OFFRE DES TPG COMBATTUE PAR l’ATE

 

Mesures mises en œuvre le 13 avril 2015

Tramway

  • Samedi : diminution des cadences de 15'' ou 30'' aux heures de pointe (13h-19h)

  • Horaire réduit jusqu’à 13h.

  • Suppression de la transition du soir sur la ligne 14 (= plus de cadence intermédiaire entre 19h et 21h, passage direct dès 19h à une cadence de 10’)

  • Horaire petites vacances : introduction d’une heure creuse à mi-journée = augmentation de la cadence de 30’’ à 1’30’’ supplémentaires.

 

Bus + Trolleybus

  • Raccourcissement des lignes K (Chancy – Les Esserts) et L (Avusy – Les Esserts)

  • Diminution des cadences sur la ligne 42 (Rondeau Carouge – Croisée Confignon).

  • Fin de l’heure de pointe avancée d’une demi-heure (de 20h à 19h30)

  • Cadences : 7’30’’ dès 16h / 10’ dès 19h / 12’ dès 20h / 20’ dès 21h

  • Diminution de l’offre (fréquences) sur les horaires réduits uniquement (vacances, samedi + dimanche), sauf pour la ligne 10 dont l’horaire est également touché durant la semaine (cf. ci-dessous).

  • Ligne 3 (Champel – Gardiol) : Diminution des fréquences en période de vacances (lu-ve) et le dimanche de 10h à 12h, diminution de l’offre l’après-midi.

  • Ligne 10 (Rive – Aéroport): réduction des fréquences du lu au ve, entre 9h et 16h : 10’ au lieu de 8’, ainsi que samedi après-midi.

 

Mesures planifiées au 13 décembre 2015

Plus grande différenciation entre heures creuses et heures de pointe:

Réduction de capacité des tramways entre 9h et 16h :

  • Ligne 14: la fréquence passe de 5 à 6 minutes ;

  • Ligne 12: la fréquence passe de 4 à 5 min ;

  • Ligne 15: la fréquence passe de 5 à 6 min ;

  • Ligne 18: la fréquence passe de 10 à 12 min.

Adaptation fine pour améliorer le cadençage des lignes de tram 14 et 18.

 

Source : TPG

14:06 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Les prestations, il faut bien les financer.

Le peuple a décidé une baisse de tarif, suite à une initiative de l'extrême gauche, qui nous expliquait (en gros) qu'en baissant les tarifs, les pertes de revenus seraient compensés par des nouveaux clients. Initiative démago au possible.

Cela n'a pas été le cas - c'est donc normal soit de baisser les prestations, soit de remonter les tarifs (qui étaient déjà à un prix raisonnable par rapport au niveau de vie moyen genevois).

Ecrivez à l'électeur genevois pour vous plaindre ou aux auteurs de l'initiative.

Écrit par : Etonné | 04/11/2015

Les commentaires sont fermés.