07/06/2016

L'ATE déplore l'acceptation du principe d’une traversée autoroutière du lac mais salue le très bon résultat du contreprojet

L'ATE déplore l'acceptation du principe d’une traversée autoroutière du lac
mais salue le très bon résultat du contreprojet : certains compromis se
dégagent notamment sur la priorité à accorder aux transports publics et à
la mobilité douce dans les centres urbains.


« La campagne a montré qu’une large majorité s'accorde sur l'importance de décharger le centre-
ville du trafic individuel motorisé en donnant la priorité aux transports publics et à la mobilité
douce, et ça c'est une excellente nouvelle ! » salue Thomas Wenger, Président de l'ATE Genève.
Grâce au contreprojet issu de négociations impliquant tous les partis politiques ayant abouti à un
compromis sur un grand nombre de sujets, on peut espérer que son application débouche sur des
solutions concrètes et mette fin à ce qui est souvent appelé la « guerre des transports ».
Au niveau fédéral, l'Initiative « Vache à lait », insidieusement baptisée « Initiative pour un
financement équitable des transports », a heureusement été rejetée. Au-delà du risque de voir
bétonner tout le pays, l'initiative mettait en danger l’équilibre des financements pour les
infrastructures de mobilité.

L'ATE Genève déplore le vote positif sur le principe de traversée autoroutière du lac, qui, si elle se
réalise un jour, va ruiner les finances du canton et augmenter le trafic routier, sa saturation et la
pollution dans la région genevoise.
Non seulement, d’innombrables exemples montrent que le fait de construire une nouvelle route ne
fluidifie par le trafic mais au contraire l'augmente, mais en plus, c'est une erreur de penser qu'un
pont ou tunnel « au large » de la ville puisse résoudre les problèmes au centre. Les activités et les
emplois étant concentrés au centre, la plupart des trajets continueront d'en partir ou d'y aboutir !
Toutefois, ce vote n’était que sur une question de principe qui « laisse la porte ouverte ». L'ATE
doute fortement que le résultat soit le même le jour où l'on vote sur un projet concret à plusieurs
milliards.

L'Initiative « Pour des transports publics plus rapides », soutenue par l'ATE, n'a elle pas passé la
rampe, mais elle a permis de travailler sur le contreprojet qui permettra de répondre aux besoins
d'une meilleure vitesse commerciale des transports publics notamment dans les centres urbains.
La création d'une voie de bus sur le pont du Mont-Blanc a prouvé que l’on peut augmenter la
vitesse des transports publics sans péjorer le reste du trafic tout en économisant un million de
francs par an.

12:00 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Il aurait été surprenant que les anti-bagnoles soient content ! Pour eux et elles, la solution est l'utilisation des bagnoles des copains afin d'éviter de s'en acheter une ! Donc, ils protestent mais sont, en douce, des utilisateurs comme les autres ! Ce sont donc des faux-culs !

Écrit par : Gedeon Teusmany | 07/06/2016

Les commentaires sont fermés.